04 78 54 22 81
8e15abe4c5de16eaf946246afda36fc7.jpg

Le travail en mutation, pour de meilleures conditions de travail pour plus d’efficacité

Tout d’abord définissons ce que l’on entend ou ce qu’il y a derrière « conditions de travail » :

Les conditions de travail sont tout ce qui entre dans le cadre du travail d'une personne, que ce soient son amplitude horaire, l'ergonomie de son lieu de travail, l'ambiance générale ou les avantages sociaux.

 

A l’évidence, le travail et les conditions de sa réalisation changent et se transforment. Dans les années 70, l’organisation taylorienne caractérisée par la monotonie, la fatigue, les cadences, a été fortement critiquée et remise en cause. La volonté d’améliorer des conditions de travail va alors trouver un large écho dans les milieux politiques. Elle se traduit par la création, en décembre 1973, de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail et l’adoption de lois et de règlements qui ont conduit à la mise en œuvre de réformes. Cette volonté d’améliorer les conditions de travail se confirme par L’accord interprofessionnel du 19 juin 2013 qui fournit un cadre pour l’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle, dans une approche systémique.

 

Même si les conditions de travail actuelles sont moins difficiles, elles n’en restent pas moins un sujet essentiel pour les entreprises et de revendications pour les salariés. Pression, stress, harcèlement, burn out…voilà autant de maux que les dirigeants doivent éradiquer s’ils veulent motiver leurs troupes et fidéliser leurs meilleurs talents.

Outre le côté réglementaire, l’amélioration des conditions de travail est au cœur des préoccupations d’une grande majorité d’entreprise. La souffrance professionnelle engendre désengagement et absentéisme, alors qu’un plus grand sentiment de confort va booster la motivation et la performance des employés. Effectivement, cette tendance se confirme également par le fait que les dirigeants d’entreprise se soucient de plus en plus de la qualité de vie au travail qui pour une majeure partie à un effet sur la compétitivité.

 

Mais comment les dirigeants apportent un meilleur bien être à leurs salariés ? En leur offrant un cadre de travail épanouissant, en les aidant à concilier leur vie professionnelle avec une vie de famille réussie, des activités culturelles, sportives, aménager des bureaux plus confortables… Il existe plusieurs mesures mises en place comme :

 

  • Instaurer une culture du « vivre ensemble »

Rien n’oblige les Managers et les Collaborateurs à être amis ou à se retrouver en dehors du travail mais cela ne signifie pas non plus qu’il faut oublier la convivialité. Dire bonjour le matin, improviser une réunion informelle autour de la machine à café, prendre des nouvelles : une ambiance d’échange permet non seulement au collaborateur de se sentir considéré comme un individu dans un groupe et non pas comme une simple composante de la « masse salariale », mais également de mieux partager avec ses collègues et managers cette richesse de compétences et de connaissances qui fait l’entreprise.

 

  • La culture du sentiment d'appartenance à l'entreprise 

Pour se sentir bien au travail, les collaborateurs ont également besoin d’être fiers de leur employeur, d’avoir envie de se faire les ambassadeurs de leur marque. C’est le cas lorsque leur entreprise fait le choix de s’engager dans une politique RSE, dans son discours et surtout dans ses actes. Elle pourra également soutenir une association caritative ou écologique. Et inciter ses salariés à faire de même, à se sentir utiles en vivant leurs passions et en suivant leurs convictions.

 

  • Offrir de l’autonomie à la mesure de chacun

Tous les salariés le diront : les temps de trajet entre leur domicile et leur lieu de travail sont une source de stress et de fatigue. Par ailleurs, ils peuvent avoir besoin d’arriver plus tard ou de partir plus tôt du bureau pour conduire des enfants à l’école, aller à un rendez-vous médical ; ou avoir envie de temps plus calmes et donc ne pas être dérangés sans cesse par le téléphone ou les emails.

Télétravail et horaires flexibles répondent à ces attentes. En évitant les transports et les embouteillages, en choisissant les moments les plus propices à leur concentration, en passant plus de temps avec leur famille, les collaborateurs sont plus productifs.

 

  • Proposer des services à la personne (crèche d’entreprise, salles de sport, conciergerie d’entreprise…)

Avec la disparition progressive de la frontière entre les mondes professionnels et personnels, les salariés, qui amènent du travail à la maison, entendent pouvoir en échange traiter leurs affaires personnelles au bureau. Et plutôt que de les en empêcher (ce qui serait de toutes manières utopique !), les entreprises ont tout intérêt, au contraire, à les soutenir.

En proposant des services de crèches et de conciergeries d’entreprise, les collaborateurs se soulagent de ces tâches: recherche de garde d’enfant, repassage, billetterie, démarches administratives, réservation de vacances, etc. Ils restent concentrés sur leurs objectifs, et gagnent du temps qu’ils peuvent consacrer à leur travail.

 

  • Apporter un confort de travail

Aménager des bureaux plus confortables, en apportant de la luminosité, la température adéquate, ou moins de bruit par exemple. Une salle de repos, une cuisine équipée ou une cantine, des sanitaires non vétustes et pourquoi pas une douche sont d’autres aménagements possibles et propices au bien-être des collaborateurs.

 

 

Mais le levier phare, et celui qui semble primordial aussi bien pour les entreprises que pour les salariés, est : l’autonomie et la responsabilisation (autonomie laissée aux individus ou aux équipes ou participation à la gouvernance de l’entreprise et à la définition des objectifs). Ces niveaux d’autonomie se sont accrus avec les nouveaux modes d’organisations du travail du type d’entreprise libérée, lean management. Ces modèles en vogue doivent s’adapter à la diversité des entreprises.

 

 

On pourrait citer bien d’autres mesures comme les espaces détentes, les managers du bonheur… mais ce ne sont que des propositions, chaque dirigeant sera le mieux placé pour savoir quels sont les points à développer pour améliorer la qualité de vie au travail. Qui plus est chaque salarié a des intérêts différents et il est difficile de trouver un consensus. Tout le monde s’entend à dire que la préoccupation première doit porter sur le contenu et l’organisation du travail lui-même. Quel sera-t-il demain avec la digitalisation de la société ? Et est ce qu’elle n’est déjà pas là ?

Mostly cloudy

17°C

PARIS

Humidite: 50%
Vent: NW at 11.27 km/h
Mercredi 9°C / 18°C Partly cloudy
Jeudi 9°C / 20°C Partly cloudy

Actualités

Inscriptions