04 78 54 22 81
8e15abe4c5de16eaf946246afda36fc7.jpg

APS, IBS, MILIPOL, quel point commun ?

Nous sommes déjà en décembre et la fin d’année s’approche rapidement. Cependant, même si septembre nous parait déjà bien loin, c’était il y a à peine trois mois et nous avons pu bénéficier d’une rentrée intense en termes de rencontres professionnelles. Et nous n’aborderons ici « que » le côté « salons », sans s’étendre sur toutes les autres réunions, colloques, associations qui nous permettent de nous rencontrer régulièrement, d’avancer, d’échanger et de toujours mieux se connaitre.

Revenons à nos moutons, … pardon, … salons !

Quel est le point commun entre APS (Alarmes Protection Sécurité), IBS (Intelligent Building System) et MiliPol (pas la peine de traduire). Il s’agit avant tout de traiter la protection et le bien être des individus (et de son environnement) quelle que soit sa localisation (domaine public, transports, lieu de travail, résidence, …).

Sur APS (où nous étions présent stand C.21), cœur de nos métiers Sûreté Sécurité, nous y voyons des fabricants, des distributeurs, des intégrateurs, des prestataires, des BE, des installateurs, et même des clients finaux. La tendance persistante est le renforcement de la présence des acteurs dans la protection physique : il ne s’agit plus simplement d’accorder ou non un passage, mais il s’agit vraiment de l’empêcher, par tous moyens adéquats si nécessaire.

La robotique de surveillance (encore embryonnaire mais bien présente) et la drônautique, en forte croissance, annoncent clairement des évolutions profondes à venir dans les métiers de la sécurité humaine. L’intégration des systèmes de Sureté est toujours aussi présente (vidéo, intrusion, détection, contrôle d’accès, …) et le niveau d’exigence en termes de compétences techniques et de compréhension des besoins (quel que soit le poste) s’accroit d’année en année (sinon de mois en mois).

Là encore, la migration de l’électronique vers l’informatique est clairement en marche. Rendez vous donc l’an prochain sur Expoprotection, grand frère d’AP

Concernant IBS, nous avons en effet pris, cette année, le pari d’être présent (stand G.13) sur ce salon qui nous intriguait depuis quelques années. Bien nous en a pris ! En effet, il est désormais clair que l’intégration des systèmes de Sûreté, ne se limite désormais plus à la seule Sureté, mais à l’ensemble des systèmes gérant et coordonnant la vie et l’activité d’un lieu (bâtiment, ensemble de bâtiments, ville, …) en y mêlant la sûreté, la sécurité, mais aussi l’éclairage, l’alimentation électrique, la ventilation, le chauffage, la gestion des flux, les économies d’énergie, … et ce grâce à des systèmes, de plus en plus « experts ». La encore, notre culture du « silotage des activités » aura peine à survivre, et ceux qui ne s’adapterons pas, seront absorbés, ou disparaitront !

Quant à l’émergence de l’analyse de l’information et la transmission de celle-ci, elle se fait intégralement par les « réseaux ». Là où le bas blesse, est dans la sécurisation de ces mêmes réseaux, actuellement, dans la plupart des cas, des vraies passoires pour quiconque ayant un minimum de formation IT, voudrait en prendre le contrôle soit visiblement (attaque « médiatico-terroriste ») soit en « sous-marin » (on peut alors tout imaginer). Apparait ainsi la cyber sécurité, non plus seulement à destination de la protection des données, mais de la protection des systèmes eux-mêmes ! Nous constatons d’ailleurs une part croissante de demande de profils avec une dose croissante de connaissance IT et une vision cyber.

Dernier évènement en date, MiliPol. Ce salon présente principalement des solutions destinées aux clients institutionnels finaux en matière de protection intérieures, on y retrouve des armes de poing, des véhicules blindés d’intervention en zone urbaine, des protections individuelles, des détecteurs de fausses identités, mais aussi des systèmes de protection des bâtiments, des drones, des solutions en « cybersécurité », des obstacles physiques, qui sont eux aussi partie prenante de nos activités « traditionnelles ».

 

 

Le constat final est que toutes ces activités finissent par interagir entre elles et que le « silotage » des activités est clairement en voie de disparition. On y voit d’ailleurs la part croissante des intégrateurs, devenus incontournable de la plupart des projets.

Chaque métier, chaque fonction, … devra ainsi non seulement performer dans son propre univers, mais être capable de prendre en compte les activités périphériques liées à un macro-environnement.

Serons-nous alors capables de nous poser les bonnes questions, de grandir, de s’adapter dans un univers de plus en plus réseauté et informatisé, ou alors les entreprises de l’IT prendront elles progressivement le pouvoir par des rachats massifs d’entreprises dans nos univers !

A nous de nous battre, d’évoluer et de nous former pour mieux comprendre les enjeux et les (r)évolutions (numériques) en cours !!!

Actualités

Inscriptions